Perag taùein bepred, pen dé er wirioné ?

04 février 2007

Les Verts se rebiffent !

Nouvelle victime de "l'alliance électorale" :

Les Verts accepteraient de renoncer à présenter des candidats partout aux législatives et donc à faire ouvertement campagne pour défendre leurs idées
si le PS leur accordait 35 circonscriptions.
-Qu'en pensent les électeurs des circonscriptions concernées, qu'ils soient socialistes ou écologistes ?
(d'où l'intérêt de la proportionnelle aux législatives, que défend l'UDF...)
-D'ailleurs au nom de quoi les écolos seraient-ils forcément de gauche ?

Mais le PS n'est prêt à lâcher que 20 circonscriptions, pas toutes gagnables, la secrétaire nationale des Verts Cécile Duflot menace donc de rompre les accords.

Voilà une illustration des limites du marchandage électoral...

Les alliances de gouvernement doivent se faire après les élections, pas avant,
et elles doivent se faire sur des idées, pas sur des sièges.

1 commentaire:

Pas UDF mais contre les monopoles a dit…

Dans le Finistère, le socialiste breton J-J Urvoas (qui pense à son siège) traite de "rodomontades" les paroles de Cécile Duflot :"Nous ne sommes pas là pour sauver une fois de plus le soldat socialiste en ayant mieux ratissé à gauche, notre objectif est d'avoir un accord qui permette de faire changer les choses au niveau national." Changer les choses au niveau national, c'est bien là le but des petites listes et de la nôtre en particulier, l'avenir de la France et du monde en dépend.
Ecoutez la réponse de la fédération PS du Finistère : "Notre rôle de force principale de la gauche nous confère le devoir de considérer nos partenaires avec respect mais en même temps nos partenaires ne doivent à aucun moment oublier que le succès est et sera collectif et que les socialistes y contribueront grandement." En clair : les autres doivent voter pour nous et nous ne leur devons rien en échange...(Ah si, un peu de respect)
Les socialistes ont-ils déjà oublié le 21 avril 2002 ? Ils ne sont pas majoritaires et à ce petit jeu ils perdront toute chance de l'emporter car pour la présidentielle, les Verts ne voteront pas pour des gens qui leur ont refusé les signatures.
Cécile Duflot a dénoncé les méthodes "antidémocratiques" et le "chantage sur les petits maires, sur les subventions et la participation à l'intercommunalité pour refuser qu'ils donnent leurs signatures à d'autres candidats".
Les accords électoraux sont en effet des marchés de dupe pour les électeurs et pour la démocratie.