Perag taùein bepred, pen dé er wirioné ?

05 avril 2007

Paradoxes sarkoziens

Nicolas Sarkozy a répété à Lorient son sempiternel refrain sur "la culture du travail et de la réussite".
Etonnant, alors qu'il venait de visiter - au pas de course il est vrai - le centre de rééducation de Kerpape. Il y a loué la force de ceux qui se battent, sans s'arrêter à ceux qui n'ont plus le courage de se battre. Il n'est pas resté non plus écouter les responsables du centre exprimer leur inquiétude face à la mauvaise prise en charge de la réinsertion sociale des handicapés. Il se place du côté de ceux qui gagnent.
A propos des marins, après les clichés habituels sur la grandeur tragique et le destin, il a affirmé : "on n'a rien sans le mériter". Etonnant paradoxe. Rien n'est pourtant plus incertain que la pêche, que la météo et, même quand les prises ont été bonnes, que le cours du marché. Et en quoi celui qui meurt en mer a-t-il démérité ? Etonnante vision de la vie où "l'on n'a que ce que l'on mérite". Nicolas Sarkozy a même justifié les violences des pêcheurs au nom de cette vision du monde où il faut se battre pour s'imposer.
Et, puisque tout peut et doit se gérer, s'organiser, se mériter, son service d'ordre impressionnant a contrôlé professionnellement l'accès au parc des expositions de Lanester. Beaucoup ont été refoulés, ils n'entraient sans doute pas dans le moule. Cheveux trop longs ? Jeans pas nets ?
Effrayante la société que promet Sarkozy...

13 commentaires:

Anonyme a dit…

Société kärchérisée.
Sarko lave plus blanc.

J-J a dit…

Peut-etre qu'il était pressé mais au moins lui il était a l'heure au meeting, c'est pas comme Bayrou à Rennes.

Anne a dit…

Si Bayrou était en retard, c'est parce que, lui, il est allé parler à ceux qui le huaient place de la Mairie. C'est toute la différence entre lui et Sarkozy, y en a un qui karcherise, l'autre qui dialogue.

J-J a dit…

C'est pas toi qui t'est farci le sénateur d'Ille et Vilaine pendant 1 heure !

Gwen a dit…

Et venir exalter la nation française à Lorient, c'est pas un paradoxe ?

Yann a dit…

C'est pas un paradoxe, c'est de la provocation.

Gwen a dit…

Et mort en mer ou mort aux tranchées, c'est la même fatalité ou le même mérite ?

Anonyme a dit…

Aller parler à des manifestants, c'est de la démagogie !

Anne a dit…

Pas du tout, c'est du dialogue social ! C'est ce que la gauche a oublié depuis longtemps.

Gaëlle a dit…

Pas toute la gauche !
Jospin l'a fait.
Mais Ségolène risquerait de tordre se talons aiguille dans les pavés...

Anonyme a dit…

Ah, parce que Sarko il fait du dialogue social ?
Tais-toi et bosse !
Marche ou crève !

Anonyme a dit…

je l'ai trouvé marrant le sénateur d'ile et vilaine, au moins, on a passé le temps :lol:

pour revenir à sarko, ce qui m'a également choqué c'est qu'il a refoulé les manifestants type greenpeace ou les infirmières libérales... mais bon, tout çà, ce n'est pas bien grave pour certains... dans quel monde on vit... j'ai du mal à comprendre

Anonyme a dit…

Sarkozy n'en est pas - n'en est plus?- à un paradoxe près, on dirait : son "on n'a que ce que l'on mérite" détonne un peu face à sa dernière sortie sur le déterminisme génétique envahissant des uns ou des autres Comment se féliciter d'une trajectoire de vie "exemplaire"- d'aucuns diraient à l'américaine, type self-made man, de celles qui peuvent effectivement forcer l'admiration pour avoir forcé le destin, s'il n'y a pas trop de cadavres en arrière- si l'on est né avec les gènes du succès? - qu'on va découvrir sous peu et dont il a bien évidemment hérité... Et la part de l'environnement dans tout ça? Et la part de chance? En tout cas, à d'autres, le coup du fils d'immigré qui s'est 'fait tout seul'...